CBC ferme le bureau chinois en invoquant l

CBC ferme le bureau chinois en invoquant l'absence de visa



Le radiodiffuseur public canadien a déclaré avoir fermé son bureau d'information en Chine après plus de 40 ans d'activité dans le pays, affirmant que les "demandes répétées" de leur journaliste pour un visa de travail avaient été ignorées.

La rédactrice en chef de CBC News, Brodie Fenlon, a écrit mercredi dans un article de blog que le correspondant en Chine de son homologue francophone Radio-Canada n'avait pas reçu de visa depuis sa demande en octobre 2020.

« Malgré de nombreux échanges avec le consulat chinois à Montréal et des demandes de rendez-vous au cours des deux dernières années, il n'y a toujours pas de visa », écrit Fenlon.

"Fermer le bureau de Pékin est la dernière chose que nous voulons faire, mais notre main a été forcée."

La fermeture par CBC de son bureau d'information en Chine fait suite à l'expulsion massive de plus d'une douzaine de journalistes des médias américains en mars 2020 dans un échange américano-chinois, après quoi il a été de plus en plus difficile pour les journalistes étrangers d'obtenir des visas chinois.

Depuis 2020, le nombre de nouveaux visas de correspondant étranger s'est considérablement tari, les temps d'attente pour un nouveau visa durant généralement plusieurs mois.

Pékin cite les contrôles aux frontières pandémiques pour les retards dans l'octroi de nouveaux visas.

Les médias chinois indépendants sont pratiquement inexistants en raison des réglementations locales, laissant les journalistes étrangers couvrir des sujets sensibles dans des conditions difficiles.

Les journalistes des médias étrangers sont régulièrement confrontés au harcèlement et à la surveillance de l'État dans leurs activités de reportage, ainsi qu'au refus d'accès aux événements officiels.

"Alors que le nombre de journalistes expulsés par l'État chinois augmente en raison d'intimidations excessives ou d'expulsions pures et simples, couvrir la Chine devient de plus en plus un exercice de reportage à distance", a déclaré le Club des correspondants étrangers de Chine dans son rapport de 2022.

Le dernier correspondant de CBC à Pékin, Sasa Petricic, est revenu au Canada après le verrouillage de la Chine en raison de la pandémie de Covid-19, et le diffuseur n'a pu revenir qu'une seule fois pour les Jeux olympiques d'hiver de février 2022 à Pékin, selon la note.

Au cours des deux prochaines années, le correspondant de CBS et de Radio-Canada, Philippe Leblanc, travaillera plutôt à partir de Taïwan, a déclaré Fenlon.

"Nous espérons que la Chine s'ouvrira un jour à nos journalistes", a-t-il écrit.

La Chine est classée 175e sur 180 pays dans l' indice de la liberté des médias 2022 de Reporters sans frontières .




Afficher Plus



© 2022 ||جرأة.اونلاين || سياسة المحتوى