Bloomberg : La crise énergétique en Europe entraîne des coûts encore plus élevés dans les pays en développement

Bloomberg : La crise énergétique en Europe entraîne des coûts encore plus élevés dans les pays en développement



Alors que les prix de l'énergie continuent d'augmenter en Europe, les pays les plus pauvres du monde sont confrontés à des coûts encore plus élevés en raison de la crise, car ils sont contraints de concurrencer des économies plusieurs fois plus grandes, prévient un article de Bloomberg.

Ainsi, les réserves de change du Pakistan sont tombées le mois dernier à leur plus bas niveau en trois ans, tandis que celles du Bangladesh, de l'Inde et des Philippines sont au plus bas depuis deux ans. En Thaïlande, où l'inflation est déjà au plus haut depuis 14 ans et les réserves au plus bas depuis cinq ans, la banque centrale a averti que la situation empirerait si la monnaie nationale, le baht, ne se stabilisait pas bientôt.

"Nous prenons l'énergie des autres", a admis le PDG de l'énergéticien néerlandais Vitol Group, Russell Hardy. " Ce n'est pas une bonne chose ", a-t-il ajouté.

Avec la hausse des prix, certains fournisseurs sud-asiatiques ont simplement annulé des livraisons prévues de longue date pour réaliser des bénéfices plus importants sur d'autres marchés.

"Les fournisseurs n'ont pas besoin de se concentrer sur la sécurisation de leur gaz naturel liquéfié [GNL] sur des marchés peu abordables", a déclaré Raghav Mathur, analyste chez Wood Mackenzie. Selon l'expert, les bénéfices plus élevés que ces entreprises peuvent obtenir sur le marché européen compensent largement les pénalités qu'elles pourraient payer pour éviter les expéditions convenues.

Rapprochement avec la Russie
À leur tour, tous ces facteurs contribuent au rapprochement des pays en développement avec la Russie. Ainsi, le mois dernier, l'ambassadeur du Pakistan en Russie, Shafqat Ali Khan , a déclaré dans une interview à TASS que Moscou et Islamabad développaient leur commerce bilatéral au milieu des sanctions occidentales décrétées contre le pays eurasien.

« Le Pakistan est un exemple de la façon dont l'instabilité du marché de l'énergie affecte les pays en développement. Nous avions un contrat à long terme avec une entreprise pour fournir du GNL à un prix fixe. Les prix ont augmenté et ils ont décidé de vendre le gaz aux pays européens », a dénoncé le diplomate.

"Nous avons établi des contacts avec la partie russe et nous sommes bien sûr très intéressés par l'approvisionnement en GNL", a-t-il ajouté.

Auparavant, le président russe Vladimir Poutine avait averti que les sanctions anti-russes nuisaient avant tout aux "pays en développement et aux plus pauvres".




Afficher Plus



© 2022 ||جرأة.اونلاين || سياسة المحتوى