Les opposants boliviens admettent que le recensement ne pourra pas avoir lieu en 2023, mais ils ratifient la grève

Les opposants boliviens admettent que le recensement ne pourra pas avoir lieu en 2023, mais ils ratifient la grève



Le gouverneur Fernando Camacho s'est retiré de la demande de changer la date de l'étude du recensement et a affirmé que la continuité de la grève sera définie dans les prochaines heures.
Le gouverneur du département bolivien de Santa Cruz, Luis Fernando Camacho, a retiré la demande d'avancer le recensement national, prévu pour 2024, après avoir reconnu qu'il ne serait pas possible en 2023 , et prévu que dans les prochaines heures, il sera défini si la grève continue, ça fait 34 jours maintenant.

"Malheureusement, le gouvernement a retardé cette situation de sept mois, ce qui la rend impossible à réaliser en 2023 ", a déclaré Camacho hier soir lors d'une conférence de presse avec le recteur de l'Université autonome Gabriel René Moreno (UAGRM), Vicente Cuéllar, et d'autres personnalités de l'opposition.

Camacho a célébré que, selon ce qu'il a dit, 90% des demandes de chômage ont été atteintes. Et bien que l'objectif principal des protestations, qui était de faire avancer le recensement, n'ait pas été atteint, il a assuré que la date « ne serait pas le facteur déterminant » , bien qu'il ait prévenu qu'il espère que l'exécutif respectera la date qui découle de la loi qui traitera du Congrès.
"Nous avons réussi à renverser l'agenda du gouvernement, nous avons réussi à plier la main du gouvernement, nous avons beaucoup accompli", a déclaré le gouverneur et leader de droite.

Les protestations continuent
Pendant ce temps, le deuxième vice-président du comité de Santa Cruz, Stello Cochamanidis, a déclaré que « la grève continue » . "Nous avons toujours nos parlementaires, qui vont se battre sur un terrain totalement adverse, mais ils ont le plein soutien de ce peuple", a-t-il averti, selon Página Siete .

Ce mercredi a eu lieu une violente journée de manifestations en Bolivie, après plusieurs heurts à Santa Cruz à cause de la grève. Au moins trois personnes blessées ont été signalées, dont deux ont dû être transportées à l'hôpital.
Pendant ce temps, le Congrès s'apprête à discuter de la loi qui définira la date du recensement, le motif des manifestations.

Ce jeudi, la Chambre des députés a entamé une séance avec ce sujet à son ordre du jour. La Commission de la Constitution devrait envoyer un rapport sur la loi susmentionnée, mais cette instance est dans une salle d'entracte en raison des actes de violence.

Pour sa part, le président du Sénat, Andrónico Rodríguez, a déclaré qu'il espère que le projet de recensement présenté par la Chambre des députés sera basé sur le décret suprême 4824, qui fixe l'enquête nationale au 23 mars 2024. .

Rodríguez a exhorté les autorités de Santa Cruz à "réprimer les attitudes violentes et agressives et à lever la grève ", et a fait remarquer que "l'élaboration de lois prend du temps", a rapporté l'Agence bolivienne d'information ( ABI ).




Afficher Plus



© 2022 ||جرأة.اونلاين || سياسة المحتوى