Logo - Jor2a.online
Jour du souvenir à Hiroshima et Nagasaki : Le Premier ministre japonais met en garde contre les menaces nucléaires russes

Jour du souvenir à Hiroshima et Nagasaki : Le Premier ministre japonais met en garde contre les menaces nucléaires russes


Abonnez vous sur
Telegram

Le Premier ministre japonais, Fumio Kishida, a mis en garde contre les menaces nucléaires russes lors de la commémoration des victimes des bombardements atomiques d'Hiroshima et Nagasaki, en ignorant le fait que Washington avait tué des centaines de milliers de ses citoyens avec des armes nucléaires.

Kishida a rappelé les centaines de milliers d'âmes anéanties par une bombe atomique à Hiroshima et la tragédie qui a transformé la ville en terre brûlée, sans mentionner l'auteur de cette catastrophe.

Au lieu de cela, il a évoqué la Russie qui menace selon lui, avec des armes nucléaires, rendant ainsi plus difficile la route vers un monde exempt d'armes nucléaires.

De son côté, le gouverneur d'Hiroshima a également commencé son discours lors de la cérémonie en évoquant les menaces nucléaires de la Russie et les programmes nucléaires et de missiles de la Corée du Nord, mais il n'a même pas mentionné l'État qui a largué la bombe atomique sur la ville.

Il a souligné la nécessité d'abandonner les armes nucléaires, en disant que les actes hostiles en Ukraine ont commencé non pas parce que l'Ukraine ne possédait pas d'armes nucléaires, mais parce que la Russie en possédait .

Le 6 août 1945, sur ordre du président américain Harry Truman, les États-Unis ont largué une bombe nucléaire pesant plus de 4,5 tonnes, appelée Little Boy , sur la ville d'Hiroshima, ciblant le pont Aioi, l'un des 81 ponts reliant sept branches dans le delta de la rivière Ota, situé à une altitude de 1980 pieds.

Par la suite, la bombe Fat Man a été larguée sur la ville de Nagasaki le 9 août, ces attaques étaient les seules utilisations d'armes atomiques dans l'histoire, et elles n'avaient aucun sens, car elles ont été utilisées après la fin de la guerre et la capitulation du Japon devant les Alliés.

Les bombardements atomiques ont causé la mort de 140 000 personnes à Hiroshima et de 80 000 à Nagasaki d'ici la fin de l'année 1945, la moitié de ce nombre décédant le jour même de l'attaque, tandis que des centaines de milliers ont souffert de mutilations et de maladies mortelles transmises de génération en génération jusqu'à nos jours.



Afficher Plus


Dernières actualités




© 2024 ||Jor2a.online || Condition d'utilisation