Logo - Jor2a.online
Tensions diplomatiques entre le Canada et l

Tensions diplomatiques entre le Canada et l'Inde suite à l'accusation d'implication dans un assassinat politique


Abonnez vous sur
Telegram

Le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, a récemment accusé le gouvernement indien d'être potentiellement impliqué dans l'assassinat d'un Canadien sikh en juin dernier en Colombie-Britannique. Hardeep Singh Nijjar, président d'un temple sikh important à Surrey, en banlieue de Vancouver, a été retrouvé mortellement blessé par balles dans sa voiture le 18 juin.

Nijjar était connu pour son militantisme en faveur de la création d'un État indépendant appelé le Khalistan, englobant la région du Pendjab en Inde à majorité sikhe et des territoires adjacents. Le mouvement pour le Khalistan a été violemment réprimé par les autorités indiennes dans les années 1980 et 1990. Nijjar s'était rendu en Suisse en 2013 pour plaider auprès du Conseil des droits de l'homme des Nations unies en faveur de la reconnaissance des violences contre les Sikhs comme un génocide.

Entré au Canada à l'âge de 19 ans sous un faux nom, Nijjar avait été refusé en tant que demandeur d'asile politique. Sa citoyenneté canadienne était encore sujette à débat.

Après le meurtre, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) avait cherché deux suspects décrits comme des hommes de forte corpulence portant un masque . Cependant, les enquêteurs avaient rapidement soupçonné que ces hommes n'avaient pas agi seuls. Un ami de la victime avait affirmé à la presse canadienne que Nijjar avait été averti par des membres d'un gang local que sa vie était en danger en raison d'une prime mise sur sa tête par des agents des services de renseignement indiens.

Lors d'une séance de questions devant la Chambre des communes, Justin Trudeau a évoqué des allégations crédibles établissant un lien potentiel entre des agents du gouvernement indien et l'assassinat. Le ministère indien des Affaires étrangères a rejeté ces accusations comme étant absurdes et a accusé le Canada de donner refuge à des extrémistes khalistanais menaçant la souveraineté de l'Inde.

En réponse à cette situation tendue, le Canada a expulsé un diplomate indien de haut rang, Pavan Kumar Rai, qui dirigeait au Canada la Research and Analysis Wing (RAW), l'agence indienne de renseignement extérieur. L'Inde a répliqué en convoquant le haut-commissaire canadien à New Delhi et en exigeant le départ d'un haut diplomate canadien non nommé dans les cinq jours à venir. Cette affaire a intensifié les tensions entre les deux pays et suscité des préoccupations quant à l'impact sur leurs relations diplomatiques.



Afficher Plus


Dernières actualités




© 2024 ||Jor2a.online || Condition d'utilisation