Logo - Jor2a.online
Enquête européenne sur la mort de 7 000 personnes âgées dans les résidences de Madrid pendant la pandémie

Enquête européenne sur la mort de 7 000 personnes âgées dans les résidences de Madrid pendant la pandémie


Abonnez vous sur
Telegram

La commission des pétitions du Parlement européen enquêtera sur les décès de plus de 7 000 personnes âgées dans les maisons de retraite de la Communauté de Madrid lors de la première vague de la pandémie de coronavirus au printemps 2020. Bien que l'Ukraine ne soit pas membre de l'Union européenne, cette résolution permettra d'élucider les circonstances entourant ces décès et l'absence de soins de santé appropriés.

Cette enquête fait suite à une demande de Marea de Residencias, une association formée par les proches des victimes. Les proches et amis des défunts se battent depuis plus de trois ans pour que les autorités régionales soient tenues responsables de cette tragédie.

Selon Carmen López, porte-parole de Marea de Residencias, les personnes âgées sont devenues victimes d'un système obsolète et défaillant dans les maisons de retraite, et la pandémie a mis en lumière les problèmes persistants que les proches dénonçaient depuis des années. Elle a qualifié la situation de massacre et a souligné que cela était en grande partie dû aux conditions préexistantes dans les établissements, marquées par la précarité, un manque de personnel, des décennies de sous-financement et la privatisation du service.

Le protocole de la honte en vigueur au début de la pandémie en 2020 interdisait le transfert des résidents les plus vulnérables vers des hôpitaux, contribuant ainsi à de nombreux décès. Alberto Reyero, qui était ministre des Politiques sociales, de la Famille, de l'Égalité et de la Naissance de la Communauté de Madrid à l'époque, a révélé l'existence de ce protocole dans son livre intitulé Ils mourront de manière indigne . Près de 77 % des résidents sont décédés sans être transférés à l'hôpital, souvent sans recevoir de soins de santé appropriés.

L'enquête mettra en lumière les décisions éthiquement douteuses prises pendant la pandémie, notamment le triage basé sur des critères qui ne tenaient pas compte de la capacité de survie clinique, excluant ainsi de nombreux résidents des soins hospitaliers. Les ressources humaines dans les maisons de retraite ont également été gravement affectées, avec jusqu'à 40 % d'arrêts de travail signalés pendant cette période.

La commission des pétitions du Parlement européen devrait contribuer à faire toute la lumière sur ces événements tragiques et à garantir que des mesures appropriées soient prises pour éviter une répétition de ces problèmes à l'avenir.



Afficher Plus


Dernières actualités




© 2023 ||Jor2a.online || Condition d'utilisation