Logo - Jor2a.online
Nouvelle enquête sur la présidente de Madrid, Isabel Díaz Ayuso, pour les décès dans les résidences pendant la pandémie

Nouvelle enquête sur la présidente de Madrid, Isabel Díaz Ayuso, pour les décès dans les résidences pendant la pandémie


Abonnez vous sur
Telegram

Une nouvelle onde de controverse frappe la Communauté de Madrid alors que le Tribunal provincial de Madrid a ordonné l'ouverture d'une enquête sur la présidente Isabel Díaz Ayuso, ainsi que deux de ses conseillers de l'époque, Enrique Ruiz Escudero et Enrique López. Cette enquête concerne la mort de sept personnes âgées résidant au centre Amavir Ciudad Lineal, décédées sans avoir été transférées à l'hôpital voisin et sans avoir reçu de soins de santé appropriés pendant la pandémie de coronavirus.

Le tribunal a réagi à une ordonnance antérieure du Tribunal d'instruction numéro 50, qui avait clos l'enquête en avril dernier, rejetant la plainte de sept familles. Ces familles avaient plaidé une violation du droit à une protection judiciaire effective et du manque de motivation, soulignant le manque d'interrogation des responsables de l'élaboration et de l'approbation des protocoles qui interdisaient l'hospitalisation.

Isabel Díaz Ayuso, Enrique Ruiz Escudero, et Enrique López font face à des accusations graves, notamment d'homicide et de blessures imprudentes, d'omission du devoir d'assistance, de traitements dégradants, et de prévarication. Cette nouvelle enquête marque la deuxième fois que le Tribunal provincial ordonne la réouverture d'un procès contre Díaz Ayuso, soulignant les nombreux défis juridiques auxquels fait face son gouvernement régional pour sa gestion des décès dans les centres pour personnes âgées pendant la pandémie.

Les faits reprochés remontent à l'application du protocole de non-dérivation de la Communauté de Madrid, également connu sous le nom de Protocole de la Honte . Ce protocole a interdit l'hospitalisation des patients dépendants, entraînant la mort de près de 7 300 personnes âgées dans des conditions souvent dépourvues de soins de santé et d'assistance. Ces événements ont été dénoncés dès le début par l'ancien ministre des Politiques sociales, Alberto Reyero, soulignant la tragédie humaine qui a marqué cette période sombre de la pandémie.



Afficher Plus


Dernières actualités




© 2024 ||Jor2a.online || Condition d'utilisation