Logo - Jor2a.online
Refus d

Refus d'un Gynécologue de Traiter une Femme Transgenre : Soutien Inattendu de Féministes


Abonnez vous sur
Telegram

Une controverse a éclaté après qu'un gynécologue ait refusé de consulter une femme transgenre, et deux militantes féministes, Dora Moutot et Marguerite Stern, ont pris position en faveur du médecin qui fait face à des critiques de la part d'associations et de militants LGBT. Dans une tribune publiée le 14 septembre dans Le Figaro, ces deux militantes ont exprimé leur soutien au gynécologue de Pau, qui a refusé de prendre en charge un patient se déclarant femme au mois d'août, affirmant ne pas avoir les compétences nécessaires pour traiter ce cas. Accusé de transphobie, le médecin a été attaqué par des associations LGBT, qui ont notamment partagé son nom en ligne.

Dans leur tribune, Marguerite Stern, ancienne membre du mouvement Femen, et Dora Moutot, ancienne rédactrice en chef adjointe du site Konbini, ont déclaré que les hommes transféminins qui gardent leurs pénis n'ont pas leur place chez un gynécologue, car ces médecins ne sont pas formés pour traiter des organes masculins comme le pénis ou la prostate. Elles ont insisté sur le fait que les hommes transféminins ne connaîtront jamais les problèmes liés aux règles, à la ménopause, à la grossesse, à la contraception, à l'avortement ou aux examens du col de l'utérus, car ces situations ne s'appliquent pas à eux.

Les deux signataires de la tribune ont affirmé que ce sont aux andrologues et aux urologues de se former pour prendre en charge les problèmes génitaux masculins et que les endocrinologues qui prescrivent des traitements hormonaux à ces hommes devraient assurer eux-mêmes le suivi de leurs patients.

Dora Moutot et Marguerite Stern ont critiqué le comportement des militants transgenristes dans le monde occidental qu'elles considèrent comme cherchant à adapter les espaces réservés aux femmes aux personnes transgenres, y compris dans des domaines tels que la gynécologie, le sport féminin et les prisons pour femmes.

Elles ont également soulevé le risque que la situation en Californie, où des enfants peuvent être retirés à leurs parents s'ils ne soutiennent pas l'identité de genre trans de leur enfant, ne se répète dans d'autres endroits.



Afficher Plus


Dernières actualités




© 2024 ||Jor2a.online || Condition d'utilisation