Logo - Jor2a.online
Revers Majeur pour le Gouvernement Français : Rejet du Projet de Loi sur l

Revers Majeur pour le Gouvernement Français : Rejet du Projet de Loi sur l'Immigration par l'Assemblée Nationale


Abonnez vous sur
Telegram

Le 11 décembre, l'Assemblée nationale française a rejeté un projet de loi controversé sur l'immigration, marquant une défaite politique significative pour le gouvernement. La motion de rejet, portée par le groupe écologiste, a été approuvée par 270 voix contre 265, ralliant l'ensemble des voix de l'opposition. Cette décision a interrompu l'examen du texte avant d'aborder les articles essentiels.

Debout dans l'hémicycle, la gauche et l'extrême-droite ont salué l'adoption de la motion de rejet, certains députés de gauche appelant même à la démission du ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin. Ce revers politique constitue un sérieux camouflet pour ce dernier, qui avait tenté de rallier le soutien, notamment de la droite, pour faire adopter son projet à l'Assemblée nationale, après son approbation au Sénat dans une version particulièrement stricte.

La présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen, a réagi en affirmant avoir ainsi protégé les Français d'un appel d'air migratoire . Le leader de La France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon, a déclaré que le désaveu qui vient de s'exprimer ce soir est extrêmement puissant . Les partis de droite, Les Républicains (LR), et le Rassemblement national (RN), qui réclamaient des mesures plus sévères, ont maintenu le suspense tout au long de la journée.

Avec 5,1 millions d'étrangers en situation régulière en France, représentant 7,6% de la population, et accueillant plus d'un demi-million de réfugiés, le sujet de l'immigration reste inflammable. Le volet répressif du projet de loi, facilitant notamment l'expulsion d'étrangers jugés dangereux, a pris le dessus après plusieurs remaniements entre les deux chambres du Parlement. Malgré une volonté d'adoucir cette approche sécuritaire en facilitant la régularisation des clandestins dans des métiers en tension, le projet a suscité des divisions.

Suite à ce rejet, une réunion de crise a été convoquée par le camp présidentiel pour décider des prochaines étapes. Le gouvernement, qui espérait éviter le recours à l'article 49-3 de la Constitution, peut désormais choisir de poursuivre le parcours législatif du texte au Sénat ou en commission mixte paritaire, ou décider de son abandon.



Afficher Plus


Dernières actualités




© 2024 ||Jor2a.online || Condition d'utilisation